affiche-base

 

comme point de départ, la denière phrase du recueil de poèmes
« New Romantics » de Michaël Vandebril :

« désolé de devoir vous déranger mais mon monde est en flammes »

 

qui prononce cette phrase ?

un jeune turc debout sur la place Taksim à İstanbul en juin 2013 ?

une mère irakienne devant sa maison en cendres à Mossoul

un père syrien en fuyant sa ville en ruines à Alep ?

Adam et Eve lorsqu'ils entendent une voix fulgurante les chasser du paradis terrestre 

un réfugié de Lampedusa, Lesbos ou Calais?

un peuple d'esclaves fuyant les armées de Pharaon à travers le désert ?

un guinéen dont le bateau coule en Méditeranée ?

un enfant du Honduras à la frontière mexicaine avec les Etats unis ?

un simple citoyen du monde, chacun d'entre nous, en train de boire une bière devant sa télévision, effaré par la situation économique, financière, politique, écologique et climatique de notre planète ?

 

des pays entiers, des continents, le climat brûlent,
la bourse s'enflamme,
plus le monde se dit « civilisé » plus quelque chose nous prend à la gorge
comme une fumée qui rend l'air irrespirable et nous forcerait à fuir notre propre vie,
à nous fuir nous mêmes,
l'exil coule comme du sang dans les veines du monde
vers quelle terre promise ?
l'autre rive ?

 

explorer
notre monde comme un « paradis perdu »
chercher
chanter
« la région où vivre » *

 « où un poète nous a devancé ».

 

 

Dans le quatrième de couverture du recueil de poèmes
« New romantics », Michaël Vandebril explique avoir été inspiré par « la musique de l'époque New wave, quand les synthétiseurs ont envahi la scène pop » :
« J'ai repris l'athmosphère sonore et musicale pour en faire un poème ».
Nous voulons dans ce spectacle proposer la démarche inverse : partir de ses poèmes dits et chantés, et composer à partir des mots, une musique, écrite et/ou improvisée,
création contemporaine opératique, pour une comédienne chanteuse et le souffle des flûtes.

A partir d'une sélection de poèmes tirés des deux recueils
« l'exil de Maeterlinck » et « New Romantics » nous proposerons
un voyage / prise de conscience, labyrinthe intérieur, comme un exode vers un pays renouvelé, reconstruit et habité par la poésie.

 

 

avec :
Patricia Capdevielle : direction artistique, récitante, chant, et composition musicale
André-Marc Delcourt : flûtes, flûte contrebasse, composition musicale

cette version à 2 artistes sur scène se voudrait une première étape d'un projet plus ambitieux français/néerlandais et scénographié

Matthieu Delcourt : scènographie
une comédienne ou comédien néerlandais

 

*

Le vierge, le vivace et le bel aujourd'hui
Va-t-il nous déchirer avec un coup d'aile ivre
Ce lac dur oublié que hante sous le givre
Le transparent glacier des vols qui n'ont pas fui !

Un cygne d'autrefois se souvient que c'est lui
Magnifique mais qui sans espoir se délivre
Pour n'avoir pas chanté la région où vivre
Quand du stérile hiver a resplendi l'ennui.

Tout son col secouera cette blanche agonie
Par l'espace infligée à l'oiseau qui le nie,
Mais non l'horreur du sol où le plumage est pris.

Fantôme qu'à ce lieu son pur éclat assigne,
Il s'immobilise au songe froid de mépris
Que vêt parmi l'exil inutile le Cygne.

Stéphane Mallarmé

 

écouter des extraits de répétitions sur bandcamp [ECOUTE GRATUITE]:

https://hamadryade.bandcamp.com/album/d-sol-de-devoir-vous-d-ranger-mais-mon-monde-est-en-flammes

 

 

a